Dans un contexte global de hausse des marchés cfpointsdereperemarchés, le CAC40,avec une hausse de plus de 20% YTD, est en passe de réaliser sa meilleure année depuis 2009.

Ce rallye des marchés sur 2019 est paradoxal puisqu’un certain nombre d’incertitudes qui avaient émergées en 2018 restent d’actualité.

  • Si l’économie mondiale n’est pas en récession, les perspectives de croissance sont révisées légèrement à la baisse et les derniers chiffres indiquent une contraction, sauf en Amérique du Sud (Brésil par exemple). Le consensus attend désormais une croissance mondiale autour de 2,9 % cette année, contre 3.6% en 2018.
  • Les négociations commerciales entre Américains et Chinois n’ont pas abouti à grand-chose de concret, alors que l’introduction de nouveaux tarifs douaniers durant l’été aura sans aucun doute un impact négatif supplémentaire sur la croissance des deux premières économies mondiales.
  • Les derniers chiffres chinois ne sont pas particulièrement encourageants, ainsi les mesures d’assouplissement financières devraient se poursuivre pour atteindre l’objectif de croissance fixé à 6-6.5% sur 2019.
  • En Europe, l’issue du Brexit reste hautement incertaine, et une sortie désordonnée le 31 octobre demeure une possibilité. L’Allemagne, dont l’industrie est particulièrement touchée par le ralentissement du commerce mondial, est proche de la récession.
  • Des risques géopolitiques toujours présents (Arabie Saoudite, Iran, etc..)

 

Pourtant, les forces de soutien aux marchés restent puissantes :

  • Soutien des principales banques centrales, avec un alignement de leur politique globalement permissive, sur fond de rendements proches de zéro, voire négatifs, des obligations. Cette baisse généralisée des taux libère une certaine marge de manœuvre au niveau budgétaire pour les gouvernements et devrait à court terme compenser les impacts des droits de douanes sur la croissance, dans l’attente d’un éventuel rebond plus marqué courant 2020
  • Au Proche-Orient la production saoudienne est rétablie, ce qui réduit le risque d’un choc supplémentaire engendré une forte envolée des cours du baril.
  • En Europe :
    • l’Italie rue moins dans les brancards.
    • Bonne résilience de l’économie française, qui devrait sur performer la zone Euro cette année et en 2020. L’amélioration du marché du travail, avec des créations d’emploi qui ne faiblissent pas et des ménages se montrant moins inquiets du chômage, constitue un soutien puissant à la croissance.
    • L’Allemagne commence à envisager des mesures de soutien à l’économie
  • La valorisation des marchés actions dont certaines offrent des rendements attractifs, n’est pas excessive au regard de rendements sans risque faiblement rémunérés. Ainsi si des corrections adviennent, elles devraient rester limitées et suivies de rebond car ces baisses peuvent être perçues comme des points d’entrée.

Dans ce contexte, la hausse des marchés actions qui ne touche qu’une partie de la cote (valeur de croissance, rachat d’actions) pourrait se diffuser plus largement si un choc positif de confiance advenait. Ainsi, s’il faut gérer défensivement une partie de son patrimoine financier pour financer des projets à moyen terme ; pour le solde, une diversification passant par les actions est incontournable.

Nos dernières actualités