Hausse des taux déjà en vue?

Des campagnes de vaccination massives ont débuté et semblent être efficaces, même si l’épée de Damoclès attachée aux mutations intempestives du virus empêche une parfaite sérénité. Ces campagnes sont toutefois à deux vitesses avec un rythme plus lent pour les pays émergents, le Brésil semblant particulièrement touché.

Ainsi, le FMI a relevé sa prévision de croissance de l’activité économique mondiale pour 2021 avec un bonus pour la zone US, le Japon et quelques zones émergentes (Chine, Russie, Inde).

Sur les marchés, l’inquiétude porte sur le retour de l’inflation. S’il est rassurant de constater que ce mouvement d’inflation provient de la reprise économique, une remontée trop rapide  des taux pourrait venir perturber la bonne santé des marchés. Cette crainte est alimentée par une remontée des matières premières et des soucis d’approvisionnement de certaines chaines de production susceptibles de peser sur les prix mais qui devraient toutefois être temporaires.

Cela a entraîné une correction sur les marchés obligataires et les marchés actions en fin de mois.

Toutefois, cette crainte nous paraît excessive et les banques centrales ont immédiatement réaffirmé leur volonté de contenir tout risque d’appréciation trop brutale des taux d’intérêt conduisant à un durcissement précoce des conditions de financement pour les États, entreprises et ménages.

Malgré tout, dans des marchés bien valorisés, nous voyons bien que la moindre anticipation contraire au scénario optimiste (rebond de la croissance avec maintien de taux bas et d’une inflation contenue) entraîne hausse de la volatilité et correction.

Nos dernières actualités