L’impact du COVID-19 se traduit essentiellement par une crise économique dont les effets restent à mesurer.

L’impact du COVID-19 se traduit essentiellement par une crise économique.

Le confinement a un coût élevé et frappe plus particulièrement des secteurs tels le tourisme, les transports, l’hôtellerie restauration, le BTP ; ce qui entraîne une forte hausse du chômage. A ce stade, on considère que les économies développées tournent à environ 75% de leur capacité.

Le MSCI Monde a perdu -30% depuis la mi-février, retrouvant son niveau de fin 2016. Le MSCI Monde hors États-Unis est même revenu à son niveau de la mi-2012, effaçant 8 années de hausse en moins d’un mois. Les 12 et 16 mars ont vu des baisses historiques avec -21% pour le S&P 500 et -16% pour l’indice Stoxx Europe 600.

En réaction à cette récession mondiale, les banques centrales ont réagi avec puissance (forte baisse de taux, extension du quantitative easing, politique monétaire accommodante). Elles ont été relayées par la réponse budgétaire des états qui se veut également puissante.

Dans ce contexte, et malgré l’augmentation de la dette des puissances publiques que cela engendre, les marchés se sont légèrement redressés.

Toutefois, si la réponse économique est essentielle, l’urgence repose avant tout sur la réponse sanitaire. Les sorties de confinement des premiers pays touchés seront donc observées avec attention.

Les marchés financiers vont rester volatiles, car s’ils sont rassurés par les mesures annoncées de soutien à l’économie, s’ils anticipent plutôt une reprise assez rapide (s’il y a forte contraction de l’économie, il n’y a pas destruction de capacités productives), ils vont réagir dans un premier temps selon les nouvelles sanitaires.

Enfin, confiants dans l’avenir, nous pensons que les niveaux actuels sont attractifs pour les investisseurs, à moyen long terme, même si nous restons dans l’incertitude quant aux impacts de cette crise sanitaire sur la dette des états, le tissu économique et la rentabilité des entreprises, sans parler de changements plus profonds (modes de consommation, circulation des biens et des personnes, relocalisations, etc..).

 

Nos dernières actualités